mardi 17 novembre 2015

Journal intime



Ce sont six pages du journal intime qui en compte neuf, que Gérard Duchêne a édité sous le titre de Journal d’IL. J’ai encadré et accroché sur un mur de mon séjour l’intégralité du Journal d’IL, même si ma photo n’en montre que six. C’est une œuvre qui date de novembre 1980, lithographiée en 10 exemplaires, mon exemplaire est le septième. Ce qui me fascine dans cette œuvre, c’est que l’on voit bien qu’il s’agit d’écriture mais que c’est impossible à lire. Gérard Duchêne l’a écrit avec en guise d’encre un produit solvant qui creusait le support de l’écriture. Quand la plume était presque sèche, les lettres sont parfaitement lisibles mais quand il y a un peu trop de solvant le contour de la lettre s’estompe ou disparaît complètement, à la place d’un mot on ne voit qu’une tache.
En janvier 2015, un hommage a été rendu à Gérard Duchêne (1944-2014) à Lille, voir plus d’information en cliquant ici.

4 commentaires:

Gine Proz a dit…

Merci pour cette découverte! Je trouve cette démarche très intéressante et le résultat est bluffant!

ELFI a dit…

étonnant et beau...un mur qui parle...

manouche a dit…

C'est le Da Francisco code ....

Amartia a dit…

Une démarche qui ressemble à celle d'écrire sur le sable. J'aime bien l'idée...