vendredi 7 mars 2014

Sourire



Elle a  posé un sourire sur son visage.
Il est facile à accrocher, personne ne remarquera les pressions qu’elle clipse derrière les oreilles.
Par chance les oreilles n’ont  plus d’expression, elles sont inertes et suffisamment ourlées pour déguiser les attaches.

Ce jour-là, elle a choisi le sourire moqueur.
Il se porte facilement. Si la bouche grimace dessous on peut la prendre pour un demi-rictus, ou même une moue molle dubitative.

Le sourire moqueur est facile à feindre. Le brocard peut être joyeux, narquois, hautain, tendre parfois, souvent odieux… lorsqu’il se fend un peu.
Ce  sourire malléable joue une gamme étendue  là, sur le dos,  sur le sol,  il se rit des silences et des soupirs.
Il pourrait aussi exprimer sa gêne, ou même sa timidité, en le voilant d’un doigt. Se cacher. Surtout se cacher. Mais aujourd’hui il ne le désire pas.

Il s’expose, explose en pleine face, lèvres écartelées, on n’y voit que du feu, joie de vivre, éclat.
Les gens sont si faciles à berner, si crédules ! Un visage aimable s’offre à eux, coquin ou mutin suivant l’angle du regard, ironique peut-être, mais à peine effleuré…..Non, ils n’ont rien vu. Ils gobent.

Un sourire mot cœur qui fait des siennes, à grands battements d’elle. Pour taire le tam tam tam.
Sans mot cœur il s’envole. Il dévie, il défie. Il dénie. Quand la nuit tombe, les spectateurs s’éteignent.

Elle se retrouve seule face au miroir qui ne la regarde pas. Elle ne bouge pas, mais son image oscille de gauche à droite, porté encore par le sourire.

Alors le sourire se brise.

Eve de Laudec,  janvier 2014

Photo © François Le Niçois, février 2014

Ne pas écrire pour, mais écrire chez l’autre...

Les vases communicants ?
Tiers Livre et Scriptopolis sont à l’initiative d’un projet de vases communicants : le premier vendredi du mois, chacun écrit sur le blog d’un autre, à charge à chacun de préparer les mariages, les échanges, les invitations. Circulation horizontale pour produire des liens autrement… Ne pas écrire pour, mais écrire chez l’autre. Beau programme qui a démarré un 3 juillet entre les deux sites, ainsi qu’entre Liminaire de Pierre Ménard et Fenêtres / open space d’Anne Savelli.

Si vous êtes tentés par l’aventure, faites le savoir ici.  

Pour ce vase communicant, Eve m’a envoyé le poème publié ci-dessus à charge pour moi de prendre la photo pour l’illustrer et de mon côté je lui ai envoyé une photo à charge pour elle de trouver ou d’écrire un poème qui l’accompagne à découvrir sur son blog.

Et les lectures de ce mois sont à poursuivre ici.

6 commentaires:

eve de laudec a dit…

Merci pour le piquant de cette photo qui écorche mon sourire! Très réussie, bravo, heureuse de notre échange.

Bernadette Succube a dit…

Un très bel échange, les mots et la photo sont tellement complémentaire que c'est un régal pour les yeux. Merci à vous deux

Bernadette Succube a dit…

Très bel échange. Les mots et la photo sont un régal pour les yeux. Savoir décrypter un sourire n'est pas chose aisée. Merci à tous les deux et bravo :D

manouche a dit…

Une réussite.

Dominique Hasselmann a dit…

Comme le sourire d'un merle...

Mimireliton a dit…

La beauté des mots qui donne à voir une sublime photo....Merci aux 2 auteurs qui se sont parfaitement complétés...