jeudi 22 mai 2014

Legrand Dreyfus



J’ai assisté vendredi dernier à la première mondiale de l’opéra de Michel Legrand Dreyfus sur un livret de Didier van Cauwelaert. J’avais besoin de quelques heures avant d’en rendre compte car je n’aime pas écrire dans l’urgence. Et n’étant pas un amateur très éclairé, je préfèrais attendre la parution d’une critique ou d’un compte-rendu. C’est dans Nice-Matin que j’ai trouvé le premier article.
Mon avis était fait bien avant la lecture de cet article, j’ai aimé ce spectacle, j’ai été étonné qu’un certain nombre de spectateurs ne reviennent pas après l’entracte.
                                                        Photo © Jennifer Ashley Tepper
J’ai applaudi chaleureusement les artistes venus saluer à la fin et au dernier rappel quand Michel Legrand, jeune homme de 82 ans, est apparu j’ai crié mon enthousiasme ; je n’étais pas le seul.
                                                                     Photo © Gallica-BnF
Bien que tout le monde ait entendu parler de l’affaire Dreyfus, les détails de cette lamentable affaire ne sont pas forcément connus. Or le livret de Didier van Cauwelaert est particulièrement clair. C’est une grande intelligence de sa part de raconter l’histoire du point de vue du véritable traître le capitaine Esterhazy. En contrepoint à l’agitation grotesque et pathétique de ce traître, la présence ininterrompue mais muette d’Émile Zola à l’avant-scène côté cour est une excellente idée.
Zola a compris les ressorts de cette affaire veut la mettre sur la place publique et empêcher l’armée et ses tribunaux militaires de ne rien montrer sous couvert de secret défense, il lance dans l’Aurore son fameux J’accuse qui va lui valoir un procès civil, condamnation et exil.
Mais la vérité finit par éclater et Dreyfus après bien des années finira par être grâcié et réhabilité.
Vous pouvez entendre deux minutes la voix du commandant Alfred Dreyfus en cliquant ici.
Si vous ne les avez pas déjà lu, vous trouvez deux articles consacrés à cet opéra sur mon blog un premier ici contenant des liens vers des documents liés à l’affaire Dreyfus et un second . Finalement je me réjouis de n’avoir pas réussi à me débarrasser du billet supplémentaire que j’avais, cela va me permettre de retourner voir Dreyfus à l’opéra de Nice mercredi 4 juin.

6 commentaires:

manouche a dit…

"J'accuse", "Indignez-vous" des mots qui font date .

erato a dit…

Un billet très intéressant sur cette oeuvre historique et dramatique. Je suis heureuse qu'elle ait été un chef d'oeuvre , tous les ingrédients étaient réunis.
Merci pour tous les liens.
Je m'aperçois d'après la photo , qui est très belle, qu'il y avait beaucoup de monde sur scène.
Belle journée François

Dominique Hasselmann a dit…

MIchel Legrand, dont j'ignorais qu'il s'était lancé dans cet opéra, reste pour moi l'auteur des musiques et chansons des films de Jacques Demy et, par-dessus tout, le créateur du chef-d'œuvre interprété par la divine Corinne Marchand dans "Cléo de 5 à 7".

iris a dit…

un événement historique , qui est passé sur France Culture il n'y a pas longtemps
la vérité rien que la vérité !
mais j'aime mieux lire que voir ;
à bientôt
edith (iris)

Nathanaëlle a dit…

Merci François pour ton compte rendu. A vrai dire, je n'ai aucun doute sur la qualité de cet opéra au vu des auteurs.Le tandem Michel Legrand -Didier van Cauwelaert doit être merveilleusement à la hauteur. Reste l'interpretation mais je vois que tu en es ravi. On se souviens du célèbre J'accuse de Zola, et cela fait tout drôle d'entendre la voix du capitaine Dreyfuss.
Merci pour ce reportage...

evelyne b. a dit…

Michel Legrand : un jeune homme de 82ans qui va épouser en septembre Macha Méryl, une belle histoire de retrouvailles... Restons créatifs pour bien vieillir!
.Merci François pour ton article émaillé d'informations différentes. Un bon moment de lecture pour moi
Evelyne