samedi 16 février 2013

Saint-Pierre-d’Arène



L’église Saint-Pierre-d’Arène a été construite en 1762 près de la plage (arena en nissart) dans un style vaguement gothique. Peu de guides touristiques la mentionnent et ceux qui le font précisent que sa décoration intérieure est pauvre. On peut y accéder soit par le 60 de la rue de France soit par la rue de la Buffa à hauteur du numéro 52 (bien qu’elle soit sur le trottoir numéroté impair !). Le curé de la paroisse fait feu de tout bois pour remplir son église : bénédiction des téléphones portables, bénédiction des animaux, accueil des jeunes de l’école primaire, des retraités, des plus démunis, concert de la garde républicaine… et le mercredi des Cendres, c’est une messe pour les artistes. Durant cette messe où des prières sont faites pour les artistes décédés dans l’année écoulée, il avait été annoncé un hommage à Mathias Girard. C’est la raison pour laquelle je m’y suis rendu, bien que non croyant et un peu étonné que l’église catholique s’intéresse aux suicidés.
Mathias Girard dont j’avais fait la connaissance en 1997 à la Bibliothèque nationale de France puis que j’ai retrouvé à Nice en 2009 était un photographe de talent, un homme engagé dans tous les combats contre l’injustice, la misère, un mec sympathique. Récemment nous avions parlé ensemble le 19 janvier pendant la manifestation 2013, égalité maintenant à Nice où je l’ai même photographié et j’ai passé une partie de la soirée du 22 janvier à discuter avec lui sans percevoir aucun signe de détresse, sinon qu’il disait avoir du mal à vendre ses photos. Et samedi dernier j’ai appris qu’il s’était pendu à quelques jours de son 43e anniversaire. Mathias était une connaissance plus qu’un ami proche, cela ne m’empêche pas d’être bouleversé par son geste. Son nom a bien été cité au début de la messe des Cendres mais sans qu’il soit mentionné les circonstances de sa disparition. Je suis parti au bout d’une heure avant la fin de la messe, très horripilé par la démagogie du prêtre et encore plus par l’antisémitisme véhiculé par ses lectures de la bible où tous les défauts stigmatisés étaient commis habituellement à la synagogue. Cela m’aura quand même permis de parler de Mathias avec quelques personnes en particulier Teresa, Fabrice et Guy. Cet article se veut un hommage rendu à Mathias dont vous pourrez voir le travail en cliquant ici.     
Vous trouverez les autres participants à cette chronique hebdomadaire sur le blog d’Amartia dans sa rubrique La photo de la semaine

15 commentaires:

norma c a dit…

Incroyable, la bénédiction des téléphones portables, je n'y aurais jamais pensé !
Très bonne journée !

Mireille a dit…

Ah! St Pierre d'Arène. L'église de mon enfance, (j'habitais au 23 rue de Rivoli et fréquentais plutôt le temple), et le très original père Florini prêtre chanteur, aussi fabriquant de pastis. Si si l'usine est à la Madone d'Utelle.
Bel hommage à ton ami.
Belle journée

mijane91 a dit…

Bel hommage à ce photographe, mais tu ne manques pas de talent non plus... Dis moi que signifie "29" le seul mot... ou plutôt chiffre que tu as laissé ce matin sur mon blog ?
Bon week end

Marie - Ange a dit…

Emouvant hommage ...
Plus sincère que les bénédictions en tous genres ...
Bisous François
Marie-Ange

Gine a dit…

Chronique amère... et bel hommage à l'ami photographe.

FRANKIE PAIN a dit…

incroyable ce bon curé
presque .
le sens des rituels comme les africains ton curé
je le trouve bien rigolo et tout a fait adapté à notre civilisation comme les portables sont les nouveau doudou des gens c'est bien vue d'en faire une messe

Jeanne Fadosi a dit…

un hommage que le photographe mérite sûrement. Cette église était un point de repère sur un itinéraire dans une ville que je connaissais peu les rares fois où j'y suis allée. Le style en est vaguement roman (haut des ouvertures en plein cintre et non en ogive(arc brisé) du style gothique).
Quant à bénir les téléphones portables, cela me montre bien le dérisoire de ces rites
belle journée

almanachronique a dit…

C'est fou, ces gens qui n'attendent pas le retour du soleil...c'est vrai que des fois... février semble long et la poutre proche...

mijane91 a dit…

Toutes les expositions n'ont pas la même valeur à tes yeux si j'en juge par le commentaire que tu as laissé ailleurs... Sans rancune ... mais avec un sourire disons un peu ironique...

Josette a dit…

le voilà parti faire de photos sur la planète archive-vie, un homme ne meurt pas tant qu'une seule personne pense à lui.
bel hommage François

Oxygène a dit…

Après toutes tes photos d'un joli bleu, on passe au noir en apprenant le décès de cet homme, si jeune. Que de détresse il faut porter en soi pour faire un tel geste...

Quant au prêtre qui bénit des téléphones portables... il y a là quelque chose qui m'échappe...
Bon dimanche à toi François.

Marie-Josée a dit…

Voilà la différence entre cet étudiant qui menaçait de se suicider et ton ami photographe : ceux qui y songent sérieusement n'en parlent pas d'où la difficulté de les aider...

Amartia a dit…

Ne pas trop compter sur l'église pour les hommages à ceux que l'on a aimé.

Enitram a dit…

Bleu, noir, la vie ne fait que passer...
Bel hommage à ton ami photographe
Bon dimanche !

François Le Niçois a dit…

Désolé pour cette réponse tardive et surtout désolé d'avoir laissé ce chiffre qui indiquait le nombre de photos publiées ce jour dans une rubrique intitulée "La" photo du samedi. C'était une réaction agacée, j'arrive désormais à surmonter le plus souvent cela.